Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de David Debruyne

Temps de travail : la clé de la compétitivité et du pouvoir d’achat !

Pour Jean-François Copé, il faut renforcer la compétitivité des entreprises et soutenir le pouvoir d'achat.L'édito de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, du vendredi 7 janvier 2011

 

Que n’ai-je entendu quand j’ai dit -voilà plusieurs mois déjà- qu’il fallait sortir définitivement de la logique des 35 heures ? J’avais eu droit au même déchainement lorsque j’avais lancé le débat sur l’interdiction de la burqa ! J’assume : à l’UMP, notre mission c’est de prendre position, de dire des choses, de proposer et de construire un projet pour Nicolas Sarkozy pour 2012. Et la question du travail est évidemment centrale : il y a eu les retraites, il faut aujourd’hui reposer la question du temps de travail !

Réfléchir à la durée du travail en France, cela ne veut pas dire que nous n’avons rien fait ces dernières années ! Bien sûr que depuis 2002 et a fortiori depuis 2007, nous avons déjà très largement assoupli le régime rigide et mortifère des 35H ! Et cela a donné des résultats.
Mais il n’aura échappé à personne que toutes les économies du monde ont été frappées par une crise extrêmement violente. Face à cela, nous ne pouvons pas rester sans réaction ! Comment vouloir réfléchir à la compétitivité de la France, de nos entreprises et répondre aux questions des Français sur le pouvoir d’achat si on ne pose pas la question du temps de travail dans notre pays ?

La vérité, c’est qu’aujourd’hui, nous n’avons plus les moyens financiers de payer pour que d’un côté les Français travaillent moins (allègements de charge de 12 milliards pour compenser les 35H) et de l’autre pour qu’ils travaillent plus (exonération des heures supplémentaires à hauteur de 4,5 milliards) ! Ces 16,5 milliards c’est plus que le déficit cumulé de l’assurance maladie et de l’assurance chômage !

Il faut repenser le système et trouver le moyen avec les partenaires sociaux de sortir progressivement et définitivement des 35H, autour de deux objectifs :
- renforcer la compétitivité de nos entreprises : c’est comme cela qu’elles créent de l’emploi et de la richesse
- soutenir le pouvoir d’achat : c’est en travaillant plus qu’on gagnera plus !
Et j’ajoute un enjeu de fond indissociable : travailler mieux, c’est une des conditions pour pouvoir travailler plus. Ce travail doit aussi s’intégrer dans une réflexion globale sur notre rapport au travail, en traitant aussi la flexisécurité, la sécurité sociale professionnelle, les seuils sociaux… C’est dans cet esprit que nous ouvrons ce débat avec Hervé Novelli, Gérard Longuet et nos amis députés et sénateurs.

N’ayons pas les mêmes réflexes frileux que le PS qui a intimé l’ordre à Manuel Valls de « revenir dans le droit chemin » dès qu’il a osé remettre en cause la vache sacrée des 35 heures.
C’est au contraire le rôle d’un parti politique moderne de faire vivre le débat d’idées, d’être force de propositions ! Les clés de la victoire en 2012 sont dans notre capacité à faire preuve d’audace, de courage et d’ouverture !


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article