Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de David Debruyne

« Etre militant UMP, cela tient d’une bataille permanente »

Lors du conseil national du 11 décembre, François Fillon a mis en avant la fidélité de chacun des membres du parti.François Fillon a mis en avant la fidélité de chacun des membres du parti

Il assuré Jean-François Copé de tout son appui dans la refondation du Mouvement

« Etape importante » pour renforcer la mobilisation de la famille UMP dans la perspective de la Présidentielle 2012, le Conseil national du 11 décembre a été l’occasion pour François Fillon, le Premier ministre de mesurer le prix de la fidélité de chacun des membres du parti.

« Etre un élu, un militant de l’UMP en ce début de siècle, cela tient d’une bataille permanente », souligne le chef du Gouvernement. « Il faut défendre l’unité nationale sans verser dans la peur du monde, protéger nos concitoyens, nos emplois, nos solidarités sans céder à la démagogie ».

Tout comme Jean-François Copé et la nouvelle équipe dirigeante de l’UMP à qui il apporte son « appui le plus résolu », François Fillon veut faire de 2011 une année utile pour la France, axée sur la poursuite des réformes (fiscale, justice, dépendance) dans un contexte de « bataille pour la croissance ».

Le Premier ministre a encouragé le nouveau secrétaire général dans sa volonté de construire une UMP vivante, conquérante. « Confrontez vos analyses, débattez, proposez, agissez mais ne rompez jamais le fil qui nous rassemble » a-t-il lancé à toute la famille UMP qui doit assumer « comme une richesse, et non comme un reniement, le fait d’être inspiré, selon les sujets et les exigences du temps, par le volontarisme gaullien, la démocratie libérale, la République radicale ».

Avocat du militantisme, « cette force qui partage sa foi en la France », François Fillon a mis en avant « cette proximité (qui) ne s’écrit nulle part, ne s’enseigne dans aucun cycle de science politique mais qui se vit, se travaille, se conquiert sans cesse ».

Face au Parti socialiste dont « les candidats à la candidature se disputent la rose à grands coups de sécateurs », François Fillon partage la volonté de Jean-François Copé d’une UMP opposant une image de solidité et de fermeté sur le fond. « Et le fond, c’est la contradiction flagrante entre un monde qui change à toute allure et un PS impuissant à adapter sa grille idéologique ».

Au-delà des réformes du Gouvernement, François Fillon souhaite que le Mouvement prenne en compte 5 débats « dont dépend l’avenir de la nation » :

  • la mise en œuvre d’une flexsécurité ;
  • assurer à tous les jeunes Français le meilleur niveau d’éducation ;
  • consolider la famille ;
  • assimiler les immigrés entrés légalement dans notre pays ;
  • faire progresser l’Europe politique.

A 18 mois des échéances nationales et à quelques mois des cantonales, François Fillon a assuré Jean-François Copé et tous les militants de ne pas ménager son appui pour :

  • gagner en allant au bout de nos engagements de 2007 ;
  • gagner définitivement la bataille de la réforme ;
  • gagner pour que la France soit toujours en possession de son destin.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article